Reconnaître le patrimoine autochtone du parcours du Marathon d’Ottawa Banque Scotia

Nous tenons à reconnaître que la terre sur laquelle nous courons est un territoire traditionnel non cédé du peuple algonquin anishnaabeg. Nous sommes reconnaissants d’avoir eu l’occasion d’accueillir la Fin de semaine des courses Tamarack d’Ottawa sur ce territoire, chaque année.

Merci à Annie St-Georges, une aînée algonquine du territoire, de nous avoir honoré de cette salutation et de cette bénédiction traditionnelles avant la fin de semaine des courses virtuelles Tamarack d’Ottawa et le marathon Ottawa de la Banque Scotia virtuel.

Le parcours du Marathon d’Ottawa Banque Scotia présente des sites riches en patrimoine autochtone et des monuments commémorant des personnages importants, dont quelques-uns sont mis en évidence ci-dessous à l’occasion du Mois national de l’histoire autochtone au Canada:

Kichi sìpi, la grande fleuve

Les kilomètres 11 à 32 du Marathon d’Ottawa Banque Scotia vous emmènent le long de la 13e plus longue rivière du Canada, Kichi sìpi, plus communément appelée la rivière des Outaouais. Kichi sìpi signifie «le grand fleuve» en anicinàbemowin, la langue algonquine. Le fleuve a joué un rôle crucial dans la vie du peuple algonquin semi-nomade, c’était une source de nourriture et d’approvisionnement et un endroit pour communier. Aujourd’hui, le grande fleuve divise les provinces de l’Ontario et du Québec, mais on pense que le peuple algonquin a vécu des deux côtés de la rivière pendant au moins 8000 ans avant l’arrivée des Européens sur l’île Turtle (les Amériques). Les Rapides Remic (kilomètre 14) était autrefois une zone de commerce et de repos très fréquentée pour les peuples autochtones et les premiers explorateurs. Prendre les sentiers et sentiers le long des deux côtés de la rivière est un privilège et une expérience méditative pour de nombreux coureurs, marcheurs et cyclistes d’Ottawa-Gatineau.

 

Station Pimisi

La nouvelle ligne de train de la Confédération d’Ottawa est parallèle au grand fleuve et les participants peuvent voir la station Pimisi alors qu’ils se rapprochent du kilomètre 19. Pimisi signifie «anguille» à Anicinàbemowin. Pimisi est reconnue par le peuple algonquin comme source de nourriture et de médicament, a été utilisée comme offrande traditionnelle et a été échangée avec les colons. Pour souligner son importance, une anguille chromée de 8 mètres de haut est un point de repère, ainsi que plusieurs autres belles pièces d’art influencé par les indiens, à cette station.

 

Akikodjiwan (Chaudière Falls )

Si vous regardez à votre gauche en traversant le pont de la Chaudière de l’Ontario au Québec au kilomètre 20, vous pouvez voir l’une des attractions naturelles les plus orageuses et les plus belles d’Ottawa: Akikodjiwan autrement connue sous le nom de Chutes de la Chaudière. Akikodjiwan signifie «endroit où l’eau tombe dans des bassins en pierre dont la forme arrondie ressemble à une chaudière». L’eau coule, encore aujourd’hui, puissante et imparable sur ce site sacré. C’était – et c’est encore – un lieu de rencontre le long de cette importante route commerciale. Ici, les peuples autochtones ont fait des offrandes de tabac de cérémonie à la rivière puissante pour assurer un voyage en toute sécurité.

 

Le monument à la mémoire du chef Algonquin Tessouat 

Avant de tourner sur le pont d’Alexandrie pour vous ramener dans la province de l’Ontario au kilomètre 26, vous passez devant le Musée canadien de l’histoire à l’architecture unique sur votre droite, et derrière lui sur la rive de la rivière des Outaouais se trouve le chef Tessouat.

Le chef algonquin Tessouat était un chef, un guerrier et une figure clé du début des années 1600. Lui et son peuple contrôlaient le commerce en amont et en aval du grand fleuve, percevant le péage pour le passage. Comme le raconte l’histoire, le chef Tessouat n’a pas autorisé Samuel de Champlain à passer le long de la rivière après que Champlain ait tenté de l’exclure de la traite des fourrures. Indépendamment des tentatives de l’explorateur, le chef a continué de contrôler le commerce le long de la rivière et d’assurer la durabilité des communautés autochtones jusqu’à sa mort en 1636.

 

Gichi Zibi Omaami Winini Anishinaabe 

Cette sculpture en bronze controversée, anciennement connue sous le nom de scout anishinabe, a été créée en 1918 par Hamilton MacCarthy. Dans les années 1990, il a été déplacé de son emplacement d’origine, surplombant l’eau, à genoux à côté d’une statue de Samuel de Champlain, vers le parc Major’s Hill. Maintenant connue sous le nom de Gichi Zibi Omaami Winini Anishinaabe, un nom traditionnel pour le peuple algonquin, la statue surplombe les coureurs lorsqu’ils traversent le grand fleuve en Ontario au kilomètre 27.

Il est vraiment important de pouvoir inclure ces monuments et trésors du peuple algonquin dans le plus grand week-end de course de la nation.

Nous sommes reconnaissants. Meegwetch. Nous vous remercions.

 


Resources:

http://www.ottawariver.org/

https://www.historymuseum.ca/history-hall/traditional-and-creation-stories/

https://www.tanakiwin.com/algonquins-of-ontario/our-proud-history/