Français D H M S

User login

The
Pulse
Tamarack Ottawa Race Weekend Newsletter
Numéro : novembre 2012

L’habillement

novembre 2012

Le Tao de l'habillement multicouche

Il peut être éprouvant de courir à l’extérieur pendant un hiver canadien typiquement glacial.  Le froid, l’humidité et la noirceur ne sont généralement pas ce qui fait la substance des rêves de course… Mais il peut être exaltant de sortir pour une longue soirée de course à travers les quartiers enneigés illuminés de lumières colorées et de joie des Fêtes, ou de sillonner une forêt de conifères où il n’y a pas âme qui vive à l’aurore.  C’est-à-dire, si vous êtes prêts à affronter des températures froides.

Le secret pour tenir la misère (et l’hypothermie) à l’écart pendant les mois froids, c’est l’habillement multicouche – la façon dont vous placez les couches de votre habillement pour rester au sec et conserver votre chaleur.  Pensez ça comme une recette simple composée de quatre ingrédients principaux : la couche de base, la couche médiane (parfois appelée couche d’isolation), une coquille ou couche extérieure, et une protection pour vos extrémités (tête, visage, mains et pieds).

La couche de base.  La couche de base évacue l’humidité et donne du confort à fleur de peau – essentiellement, nous parlons de sous-vêtements longs de haute technologie.  Cette couche devrait être faite de matières synthétiques, comme un mélange de polyester.  Il y a de nombreux produits synthétiques de marques sur le marché, comme le polyester Capilene de Patagonia ou le tissu Power Dry de Polartec.  Explorez jusqu’à ce que vous trouviez la bonne taille et la bonne sensation au bon prix.

La couche médiane.  Un molletonné (pas trop ample) fonctionne bien comme couche moyenne, qui devrait offrir une isolation additionnelle tout en permettant quand même à la peau de respirer.  Une couche moyenne peut être seulement nécessaire dans des conditions très froides, mais vous pouvez juger par vous-même de combien de protection vous avez besoin en vous fiant à votre thermostat interne (comment vous avez tendance à sentir le froid) et à la température qu’il fait à l’extérieur.

Couche extérieure.  La couche extérieure devrait vous protéger du vent et de l’humidité tout en respirant bien.  Un nylon léger ou une coquille Goretex fonctionne bien, mais là encore, il y a beaucoup d’options de tissus et de styles qui s’offrent à votre choix.  Il est utile d’avoir une fermeture éclair avec laquelle vous pouvez ouvrir votre coquille quand vous commencez à surchauffer, et les fermetures éclair le long des dessous de bras pour offrir une ventilation additionnelle sont une autre caractéristique bienvenue.

Extrémités. Pour terminer, n’oubliez pas vos extrémités.  Une tuque de molletonné pour la tête, un cache-cou s’il fait froid ou venteux, et des gants ou des mitaines pour les mains vous aideront à rester bien confortables pendant que vous travaillez à votre jeu de course d’hiver.  Aussi, un baume à lèvres ou de la vaseline protégeront vos lèvres en les empêchant de geler par un froid et/ou un vent extrêmes.  Pour vos pieds, des cales enfilables par-dessus vos chaussures de course régulières vous donneront une traction supplémentaire dans des conditions de glace, alors que des chaussures de cross ont tendance à offrir plus de prise et de support d’ensemble sur un terrain mouillé, la gadoue ou un sol inégal.
 

Saisissez votre courriel pour vous abonner à notre infolettre mensuelle.


 
 

 

Nous aimons toujours entendre ce que vous avez à dire sur ce qui fonctionne bien et sur ce que vous aimeriez nous voir couvrir dans des numéros futurs du bulletin.  Et nous sommes aussi intéressés à entendre vos histoires d’athlétisme et d’endurance qui peuvent inspirer nos lecteurs.  Alors, ne vous gênez pas !  Envoyez-nous vos impressions, vos idées et vos histoires, à l’adresse [email protected].

#
 
Run Ottawa Club